fritz friedrich-franz von massow
fritz | galerie | presse | kontakt | kunstprojekte

Ce n´est pas de l´art mais un monde fantastique

« Pour moi ce n´est pas de l´art, de faire de l´art … c´est un plaisir… ».

Car nous sommes tous compétents d´une certaine façon pour l´art, qui est un art de vivre, chacun de nous sait faire ça à sa manière. Bien sûr, ce sont les grands qui nous surprennent, ceux qui sont toujours les maîtres, les gourous, les formidables, qui sont malades de leurs envies et de leurs obsessions : les Delacroix, les Matisse, les Picasso bien sûr, les Max Ernst et les Paul Klee, Chagall, les Beuys et les Baselitz. Tous ces innombrables protagonistes, ceux qui impressionnent et inspirent, qui transforment, ceux qui nous prêtent leurs regards, leurs yeux, leurs mains, qui nous donnent leurs points de vue comme des cadeaux, exprimés par les pinceaux … qui nous révèlent ou cachent leurs mondes énigmatiques, mondes de splendeur et d´horreur parfois.

…. Et Fritz se laisse inspirer par leurs idées et leurs techniques, la meilleur façon d´un vol de bonne conscience et non puni, sans système d´alerte, qui déclenche si on ose un regard sur l´objet de désir. Mais il y a aussi le plus petit en nous, le moins évident, la petite force peu visible, cette petite excitation très personnelle pour les formes et les couleurs, qui fait un bon travail parfois très efficace : l´envie de faire d´après son propre gré : peindre, dessiner, jouer. C´est la petite créativité modeste dans chacun de nous, dans notre vie quotidienne, qui peut être assez jolie et qui donne envie de faire.

« Pour nous, pour moi c´est plutôt la joie : la joie de faire, de faire vivre les pensées, le papier, les lignes des crayons et les traits de caractère qui ont été dessinés avec. Il y a la joie d´inventer et d´essayer. Ce qui compte, c´est faire (ça) avec plaisir », dit Fritz von Massow, artiste et urbaniste allemand de la région de Pforzheim, la Ville d´Or et de Bijoux de renom, pas très loin de Stuttgart. C´est là où il habite, dessine, peint, c´est là où il se concentre et se détend. Dans ce beau déséquilibre continental : entre les deux mers.

 En effet : comme Fritz est marié avec Anne Gloanec, qui est originaire du bourg d´Arzano, fille de Marcel et Yvette Gloanec, il est vraiment un artiste entre les deux mers. Puisqu’il vit et travaille en Forêt Noire à l´épicentre de la Mer Baltique où il est né, dans le Mecklembourg et L´Océan Atlantique, ici, où est né sa femme et où il séjourne souvent avec elle et son fils (qui lui aussi expose à Kerlarec) : un « Nous » en famille et qui se manifeste dans ses images, partiellement peintes à Arzano. Il semble aimer ça : vivre entre ces cultures différentes avec leurs vérités, leurs nuances et leurs pièges : vivre cet « entre deux » et le dessiner, le peindre, le lire entre ses lignes et ses lettres, s´orienter entre ombre et lumière, déguster le noir et le blanc avec leurs reflets en maintes couleurs. Il aime réfléchir comme un être qui vit entre-temps et sans temps, voir ce qui est plutôt dissimulé entre les choses évidentes et cachées, découvrir le petit et le non dit : tout ces « VOILÀS …. » : son sujet de l´année 2003.

Il aime donc parler par biais des crayons, adore écouter les cris du gribouillage sur papier – qui s´expriment en beauté parfois - et il ose parfois anticiper en vert et en jaune l´humour vague du spectateur. Il aime penser l´imaginaire par l´imagination en toute chaleur et couleur, jouer les jeux de mots avec leurs double sens : la danse sur les volcans et la vie d´une vache qui marche sur les vagues, sur les incertitudes splendides.

Tout cela en vrai et en sens figuré, en couleurs, en noir, en blanc, avec des incohérences apparentes mais voulues. Son humour malin raconte des petites histoires d´une normalité de la vie, la vie des êtres, leurs visages devant leurs bêtes et leurs bêtises : leurs vaches, les vols d´oiseaux avec leurs jeux de piano, leurs têtes de bœuf non méchantes sur escalier, leurs riches ambiguïtés pas immédiatement visibles. Une jolie petite exposition de la liberté relative d´un « peintre du dimanche », comme il se nomme lui même. Malin aussi, cette petite forme de liberté …

Texte:

Kleiner Lebenslauf

Expo Kerlarec

Ausstellungen

Stimmen